March 4, 2019

August 27, 2018

Please reload

Posts Récents

Triathlon de Plouay par équipe

17 Jun 2012

J'avais dit que cette année je ne ferais pas de Sprint mais bien sur, je ne mettais pas Plouay dans le lot. Une course par équipe a une toute autre saveur et c'est toujours un vrai moment de convivialité.

Me voilà donc avec Christophe Bougault (dit "Brice") et Mickael Besson (dit le "pompier") au départ du triathlon de Plouay. Je vais avoir deux problèmes principaux à gérer. Premièrement un manque sérieux d'entrainement (même si j'ai fait quelques séances de qualité) dû à ma saison un peu "off" (Que j'assume pleinement). Deuxièmement, je suis un peu patraque depuis ce matin (fiévreux, mal aux tympans et à la gorge). Je le sais, je ne suis pas très en forme mais je cache mon jeu. J'ai un peu de mal à rentrer dans l'ambiance, le temps est assez moyen (mais sec !!!). Un petit footing d'échauffement en combinaison, quelques mouvements de bras, l'échauffement est terminé.

Nous montons sur l'estrade, sas de départ, et là, misère, je glisse et je me latte le genou...Put...Aie, aie, aie !! Bon rien de grave, l'épaisseur de la combi ayant amorti le choc mais çà m'a donné le petit coup d’adrénaline qui fallait pour me faire rentrer dans l’événement. Nous rentrons dans l'eau, le départ est proche.

 

Premier coup de bras et c'est parti. Brice est devant. Mike et moi sommes derrières, presque à nous gêner. Nous prenons notre rythme, Mike et moi à fond, Brice en "récup". Mais finalement nous sommes assez groupés. Et nous sortons presque ensemble. La cote est vite avalée et nous voilà dans le parc. Je fais une transition minable car je n'ai que mes chaussures vélos classiques, plus difficile à mettre. Mes deux compères m'attendent dans le sas. Je me dépêche et nous embrayons. Nous poussons nos vélos quand je vois Mickaël monter sur son vélo alors que nous sommes encore au château !!! Eh Mike, le départ vélo est à 200 m. Il descend de son spad et le pousse comme tout le monde avant qu'un arbitre ne le voit et lui donne un carton.

 

Je prends le commandement en vélo. Je pars donc à bloc et ...çà ne suit pas tout à fait. Je ralentis un peu dans les premiers virages et mes co-équipers reviennent au contact avant la bosse que nous avalons ....ben...à bloc. Tout le monde est là et suit sans problème. En haut, je relance immédiatement pour essayer de prendre un bon élan avant le "coup de cul" que nous passons plutôt bien. Dès que je suis un peu moins rapide, Mike ou Brice prennent un relais, histoire que je souffle un peu et je reprends la tête pour redonner de la vitesse. Nous ne nous parlons pas (impossible, on est à bloc !!) mais nous nous surveillons pour voir si tout le monde suit. L'équipe est bien homogène, nous sommes tous à bloc. La routine quoi !!.

Nous doublons quelques équipes. Les trois tours sont assez homogènes. Descente de vélo très rapide. Je ne me sens pas bien. Musculairement, çà va mais j'ai limite envie de gerber. Je sens que la course à pieds va être longue. Je fais une  bonne transition et c'est parti pour 5km.

 

Nous démarrons vite mais c'est obligatoire car ensuite c'est très difficile de changer de vitesse et d'accélérer. Brice prend vite la tête et je suis obligé de faire l'effort pour coller. Je suis à la limite d'exploser et de lui dire de ralentir mais finalement il n'accélère plus et je peux tenir le rythme. Tout juste, sans aucune marge mais çà tiens. Les Quimperois, très fort, nous passent dans le premier tour. Petite tape sur les fesses de la part de Mathieu Diverres. Sympa mais impossible de suivre le train bleu. Les faux plats me semblent des murs en j'en bave. Brice est toujours devant, suivi de Mike et de moi, à 5m. Pourtant, en attaquant le deuxième tour, je me sens moins mal. Je sais que çà va être dur mais je vais tenir ce rythme. Alors je m'accroche, je pense à des personnes que j'aime, j'essaie de capter leurs pensées positives et çà me permet de tenir. Enfin, la ligne est là et nous terminons à bloc. Je m'écroule pour récupérer mon souffle, les dauphins me chambrent...tout va bien.

 

Résultats, nous sommes 6ème et c'est mon meilleur chrono sur cette course depuis que je la fait. Par contre c'est certainement l'édition où j'ai le plus souffert. Merci les gars, on a bien fait le Job.

Le soir, je ne pouvais plus avaler (mal à la gorge) et j'étais au lit à 21h00 (j'ai dormi 11h00).

 

Conclusion :

Je m'entraine, je suis assez performant et je souffre moins en course

Je m'entraine moins, je suis moins performant et je souffre beaucoup plus en course.

 

Please reload

Please reload

Archives
Catégories
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now