March 4, 2019

August 27, 2018

Please reload

Posts Récents

Championnats de France d'Apnée

14 May 2016

 

Phase finale de la saison, le championnat de France d’apnée FFESSM a encore lieu cette année dans la superbe complexe aquatique Odyssée de Chartres.
Je suis qualifié sur les épreuves de Statique, Dynamique palme et Dynamique sans palme.
Très honnêtement, je suis stressé. Pourtant il n’y a pas d’enjeux majeurs pour moi. C’est ma première saison de compétition, j’ai déjà pas mal progressé, je suis là pour apprendre et voir les forts de la discipline.
Pourtant, l’envie de bien faire et surtout, l’envie de ne pas décevoir les coachs Sportpleizh Vogler et Jerome Hertsoen (Jérôme qui s’est vraiment investi ces dernières semaines) me mettent une pression pas forcement agréable.


Enfin, j’ai l’impression de manquer de repères et de ne pas savoir où j’en suis dans la préparation. Autant mon expérience en triathlon me permet de situer mon état de forme  la vieille d’une course (sans que cela ne présage du résultat, bien sûr  !!), autant le peu de recul que j’ai sur la préparation en apnée ma laisse perplexe et pas forcément super confiant.  Je gamberge un peu trop.


STATIQUE
Mais il faut bien commencer et dimanche matin, c’est l’heure du Statique. Je me prépare tranquillement au bord du bassin. Étirements le matin, détente, mais je n’ai pas vraiment de protocole de préparation avant la phase d’échauffement dans l’eau. C’est peut-être l’épreuve où j’ai le plus de repères, ayant sorti un 6’09’’ à l’entraînement lundi dernier. Barbaplume Pepette sera mon coach pour cette épreuve. Mon échauffement dans l’eau se passe bien. L’eau n’est pas trop chaude et c’est mieux pour moi. A 3 minutes du départ, Andréa m’amène sur le poste de performance. Point avec les juges et l’apnéiste de sécurité. -2’ !!! Je me remets dans ma bulle. -1’  je peux partir quand je veux. -30’’, je vide mes poumons, j’inspire à bloc, je carpe 17 fois et c’est parti.
Une fois la première minute passée, ou le corps doit se détendre, je suis bien. J‘entends le brouhaha extérieur et le circuit d’eau du bassin. J’essaie de m’en servir comme une berceuse. L’envie de respirer vient assez vite mais reste discrète et finalement, le premier check à 3’30’’ vient assez vite. Je suis bien et confiant pour aller plus loin. Je commence alors, dans ma tête, à défiler le parcours vélo  de l’Ironman de Lanzarote, kilomètre par kilomètre. Et les checks défilent : 4’, 4’30’’, 4’45’’.
La phase de lutte commence, je recherche le relâchement – 5’ – Andréa me berce dans l’eau et cela fait du bien. - 5’15’’ -Je suis à Yaïza (pour les connaisseurs du parcours vélo de Lanza) quand mon corps commence à me hurler de sortir – 5’30’’ – Pourtant, je n’ai pas de signe trop alarmant. Je me prépare à sortir mais le fait de mettre semi debout, comme si je sortais,  me donne un peu de répit donc je me remets en position allongée. 6’ - Pourtant, là, les spasmes du diaphragme commencent à être plus violents. Il est temps de préparer la sortie définitive – 6’15’’ – çà bastonne !!! – j’appuie mes coudes sur le rebord – 6’30’’ – je me cale bien, je souffle dans l’eau….et je sors.
Une inspi, je souffle, une inspi, je souffle en enlevant pince nez et lunettes, une inspi, le signe OK et je souffle en sortant « Tout va bien » puis je reste sur le bord en regardant les juges. Enfin, je pense que cela s’est passé comme çà car je ne me souviens pas de tout mais la perf est validée donc le protocole doit être OK
STA : 6’37’’ (Record perso) et 10ème au classement.
Je suis content, je fais une accolade à Andréa pour la remercier. Je suis bien rentré dans la compétition mais c’est dur !!!!


DYNAMIQUE PALME
Dans trois heures, c’est le Dynamique palme…le stress reprend de plus bel. Je commence ma préparation en m’endormant pendant 15’ puis je regarde tranquillement, pour m’occuper l’esprit, les premières séries défiler. Nous sommes bien aux France, çà va loin !!!
J’essaie de rentrer dans ma bulle, de me rassurer, de me rappeler les bons entraînements et de shunter les mauvais. Au moment de partir, je ne suis pas très fier mais Jérôme me fait une petite « causerie » pour me rassurer. Je sais qu’il y aura un moment désagréable mais çà je connais. Mètre après mètre, à l’écoute de soi.
Je prends mon inspiration, je carpe et c’est parti.
Bien sûr, les 50 premiers mètres sont faciles mais l’envie de respirer, cet inconfort qui monte sournoisement vient assez vite et de 50m à 100m, il ne fait que s’amplifier. Oui c’est dur, mais oui c’est normal. Oui je suis aux France et oui je dois m’accrocher malgré la gêne. Pourtant, quand je tourne à 100m, la difficulté s’amplifie moins. Même si ma tête me dit de sortir, mon corps lui me permet de continuer. Les bras sont un peu plus lourds, les jambes piquent mais j’avance toujours. En passant les 125m, je pense que le virage au 150m est possible. Je vire au 150m, et dans ma tête, je sais que je vais battre mon record de 161m. Mais jusqu’où aller ? Les cuisses vrillent de plus en plus, les spasmes tapent de plus en plus fréquemment. Il est temps de sortir. Le protocole semble OK, je valide 179,15m.
DYN : 179,15m (Record perso) et 8ème de l’épreuve
Super content. La journée se termine bien pour moi. Deux épreuves sur deux de réussies.  Je suis très soulagé et je peux récupérer sereinement et prendre du plaisir en regardant mon copain yoann faire un super 16x50.


DYNAMIQUE SANS PALME
Après une nuit plutôt correcte, il faut terminer le boulot et confirmer le classement combiné. Le DYN d’hier m’a donné des repères et plus de confiance en moi sur mes sensations. J’ai moins de stress et plus de détermination. Il faut faire le Job avec sérieux sans chercher le carton. OK, c’est à çà que je pense à quelques minutes du départ. Au minimum faire 100m et virer puis être très à l’écoute, mètre par mètre.
Une fois parti, pas de surprise. L’envie de respirer vient au 40m mais je sais où j’en suis au niveau des sensations.  Je vire et maintenant, il me faut être patient jusqu’au 100m avec une envie de respirer qui augmente. Je pousse le mur, je me laisse glisser et la lutte commence. Je suis moins efficace sur ma nage et mon mouvement de jambes est moyen mais je finis enfin par voir la ligne des 125m. Les jambes brûlent, je sors pour assurer une sortie propre. Je bats encore mon record personnel et je conclus ce week-end et cette saison content de moi.
DNF : 126,48m (Record Perso) et 12ème de l’épreuve.
Cerise sur le gâteau, ma régularité, et les circonstances, ont payé et je me retrouve 4ème du combiné. Suffisamment loin du 3ème (Sportpleizh Vogler ) pour ne pas avoir des regrets et déjà très heureusement surpris d’être là.
Combiné : 464 pts (Record Perso) et 4ème de l’épreuve.
Je retiens de mes premiers championnats de France, beaucoup de stress au début, une grosse prise d’expérience, un week-end top avec mes amis.

Please reload

Please reload

Archives
Catégories
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now