March 4, 2019

August 27, 2018

Please reload

Posts Récents

Première Compétition d'apnée - Inter-région à Angers

6 Dec 2015

 Dédramatiser l'évènement : Check !!!

Il fallait bien que je me lance un jour. Et ce jour c'était hier, le 6 décembre 2015. Première compétition d'Apnée à Angers pour une compétition inter-régionale.

Je suis inscrit, comme le reste de l'équipe sur les trois disciplines. Apnée Statique, Apnée Dynamique avec Palme, Apnée Dynamique sans palme.

Mes objectifs étaient simples : Premièrement, dédramatiser l'évènement et découvrir les rites et les coutumes d'une compétition d'apnée. Deuxièmement, valider dans les trois disciplines, un temps où une distance raisonnable, en adéquation avec mes performances à l'entrainement. Mais pour cela, il faut outrepasser un peu la pression de la compétition et faire un protocole de sortie très propre.

Le protocole de sortie c'est ce qui valide que votre apnée est maitrisée. On doit donc dans l'ordre et en 15 secondes : 

  1. Enlever lunettes et pince nez

  2. Faire le signe OK

  3. Dire "Ok tout va bien" ou "Tout va bien"

  4. Ne plus bouger et attendre 45" devant les juges, sans rien dire et sans tomber en "Samba" ou en syncope.

C'était une de mes craintes, de me faire attraper par les juges pour une erreur de protocole au départ ou à l'arrivée. Je m'en suis bien sortie de ce côté et les juges nous mettaient bien en confiance. Parfait.

 

Nous sommes partis à 8 compétiteurs et une coach (Merci Andréa !!) pour nous accompagner et nous aider pendant la compétition. 

Après une nuit dans un gîte très sympa au bord de la Loire, une matinée où étirements et séance d'hypnose pour la mise en confiance se sont alternés, nous voilà à la piscine d'Angers pour la vérification de l'inscription et du matériel (lunette à verres blancs et plombs). Ensuite, tout s'accélère et il faut vite se décontracter, se relaxer, se concentrer pour la première épreuve.

 

L'apnée Statique (STAT) :

30' avant mon heure de départ, j'ai le droit de rentrer dans le bassin d'échauffement. Je suis accompagné par un de mes coachs, Jérôme Hertsoën pour cet échauffement de 25'. J'ai testé mon protocole à l'entrainement (1'/1' recup + 1'30"/1'30" + 2'/2' + 2'30"+2'30" + 3'/3' + 4').

J'ai un peu de mal à entrer dans mon échauffement. Il y a du bruit, du monde, des séries qui partent, d'autres qui finissent. Mes apnées de 1', 2', 3' sont difficiles et désagréables. Bizarrement, les apnées de 1'30", 2'30" se passent bien. La dernière apnée de 4' est un peu difficile mais elle passe et mon échauffement est passé. m-4 : Jérôme me glisse  doucement vers mon poste. Je suis détendu, dans ma bulle, je n'entends presque plus rien. Je me mets en position. m-2, je donne mon nom aux deux juges et je convient d'un signe de check avec l'apnéiste de sécurité. m-1'30, j'inspire sur 3 temps, j'expire sur 6 temps, doucement. m-1, je peux partir quand je veux. J'expire au maximum, j'inspire ventre, poumons, je carpe 10 fois et je m'immerge...c'est parti.

 

La première minute est toujours compliquée, on prend beaucoup d'air donc on se sent assez mal, serré, engoncé. Détends toi Arnaud, détends toi, tête relâché, langue relâché, jambes et bras relâchés. Puis vient l'apnée confort. On est bien, détendu, pas envie de respirer, c'est le moment de faire un voyage, ailleurs, autre part. Il faut essayer de "tricher le temps". J'ai annoncé 4' donc l'apnéiste de sécu me check à 3' (il me serre la main, je dois répondre). Et là, je me dis : déjà ? Cool, c'est bon signe...mais çà réveille. Et là, doucement, sournoisement, l'envie de respirer commence à venir (3'30" check), puis de plus en plus insistante (4' check). La phase de lutte a commencé, il faut résister à l'envie de sortir (4'15" Check) qui devient terrible (4'30" check). Je prépare ma sortie en posant mes pieds au sol et en tenant bien le mur (4'45" check), les oreilles bourdonnent, le temps est lent, très lent. Je souffle l'air pour gagner quelques secondes et je sors (5'03"). Je pose les coudes sur le mur, bien stable. J'inspire une fois, deux fois en enlevant mon pince nez, et mes lunettes. Je fais le signe OK puis je dis "Ok, tout va bien". Inspire, expire, inspire, expire. Bien calé sur le mur, je sais que l'apnée sera valide. Les juges me font signe que c'est bon, je les remercie, ainsi que l'apnéiste de sécu.

ça, c'est fait. Je suis soulagé et c'est beaucoup moins de pression pour les deux autres épreuves. 

 

Il faut pourtant assez vite se changer. A peine le temps de profiter des autres séries pour encourager les copains (Le GMAP fait 1, 2, 3 avec une apnée à 6'19" pour le coach Christian Vogler) puis se re-préparer, se re-concentrer pour l'épreuve suivante. Le dynamique avec palme est beaucoup plus ludique car bien plus dans l'action mais bien plus physique.

 

Dynamique Palme (DYN)

L'avantage de faire l'apnée statique avant c'est quand même que l'échauffement apnée est quand même un peu fait. Je suis appelé 30' avant mon départ dans une des lignes d'échauffement. J'essaie de reproduire un protocole qui normalement me va bien. Je ne suis pas (encore) un adepte du "no warmup" (pas d'échauffement dans l'eau pour augmenter le réflexe de bradycardie). Je trouve çà trop dur et j'aime bien avoir quelques repères dans l'eau avant. Je commence donc par faire deux 25m assez lent (1'30" et 1'45"), surveillé et conseillé par Karl Pla du GMAP. Puis je fais deux 50m pour placer la technique monopalme  (et là, il y a du boulot) dans une piscine de 50m car nous nous entraînons principalement dans une piscine de 25m. Enfin, je fais un 75-80m propre, rassurant pour bien repérer et visualiser la ligne rouge. de mi-bassin. Enfin, je m'assois sur le bord du bassin, au calme et je respire tranquillement.

m-4' : , je suis appelé dans ma ligne. Petit point avec les juges et les apnéistes de sécurité pour se caler sur la distance prévue. Les juges me souhaitent "Bonne Apnée". J'ai vraiment trouvé çà très cool. Oui, c'est un plaisir avant tout.

m-2': Inspire sur trois, expire sur six tranquillement. Je suis dans ma bulle et je n'entends que le micro qui annonce "1 minute".

m-1' : Je peux partir quand je veux dans cette minute mais pas après. J'expire à fond pour bien vider mes poumons. Je commence mon inspiration max, ventre, poumons puis je carpe une dizaine de fois et c'est parti.

Je me mets en position et je commence à onduler. Je suis bien, j'essaie d'être efficient. La ligne rouge des 25m passe. Jusqu'ici, tout va bien. Après 3-4 ondulations, je remonte légèrement pour bien toucher le mur des 50m. Je vire à environ 40" d'apnée. Jusqu'ici tout va bien. Je relance doucement mes ondulations en recherchant la décontraction. L'envie de respirer commence à venir. Je passe la ligne rouge des 75m. Je pense à mon chat, vautré sur mon canapé mais totalement relâché : être un chat.  L'envie de respirer commence à être bien présente mais je vire au 100m (1'20" d'apnée) en me disant "C'est très inconfortable mais supportable". Je relance doucement en essayant de me relâcher. Mon ondulation est plus saccadée. Je ressens un petit spasme normal (rare chez moi). Les oreilles bourdonnent un peu, les jambes  chauffent. Je suis un peu trop près du fond, quand je vois la ligne rouge juste devant. Je remonte et je passe mes bras par dessus la ligne pour me caler. J'inspire une fois, j'enlève pince nez,  lunettes, je fais le signe OK et j'envoie le "Ok, tout va bien". Puis je respire profondément. Je sais que c'est bon, j'ai un petit sourire, je suis content. 126m (apnée environ 1'40") c'est mon record. Les juges valident...YES !!!!

 

Allez, encore une épreuve, le Dynamique sans palme.

Ma journée est déjà réussie mais finir par une petite perf m'irait bien. Et pour le coup, aucune pression. Mon record en DNF est très bas (67m) et si je reste dans le jeu je pense sérieusement à le battre. Je récupère un peu moins pour prendre le temps de regarder les gars de l'équipe sur leur Dynamique et les deux coachs font des étincelles avec 180m pour Christian et 151m pour Jérôme. J'ai un peu de temps avant l'épreuve. Je nage un peu dans le petit bain, je m'allonge, je me remets en mode compétition.

 

Dynamique sans Palme (DNF = Dynamic No Fin).

Comme pour les épreuves précédentes, je suis appelé 30' avant le départ. J'hésite à faire un "no warmup" puis je me défile. Pas de nouveauté le jour de la compétition. j'ai rabâché çà aux triathlètes des Dauphins de l'Elorn pendant des années, ce n'est pas pour faire la même bêtise de mon coté. Je fais donc un petit échauffement. Je préviens les apnéistes de sécurité. Deux fois 25m propres. Deux fois 50m propres et rassurant car je vois que j'ai un peu de marge. Je suis assez détendu. Je décide d'en rester là et de jouer la décontraction au bord du bassin en attendant l'appel départ m-4.

m-4, je me glisse lentement sur la plateforme de départ. Inspiration 3 temps, expiration 6 temps, tranquille, calme. Le juge me demande si je lâche des bulles sur la fin. Je lui réponds que non.

m-2, je mets mon pince nez, vérifie mes lunettes, mon plomb, je respire tranquillement

m-1, comme sur les autres épreuves, je décide de ne pas attendre la fin du décompte pour ne pas me mettre la pression sur le chrono. Vidage de poumons, inspiration maximum, une dizaine de carpe et c'est parti.

 

Je pousse sur le mur et je me laisse glisser avant d'envoyer les bras et de chercher la décontraction. Je suis un peu trop plombé (2,2 kg environ) car je me retrouve un peu trop au fond. J'envoie les jambes et là, je vois bien que je ne prends pas beaucoup de vitesse, j'envoie donc les bras en arrière et c'est reparti. Au bout d'environ 4 cycles, je passe la ligne des 25m. Aucune envie de respirer, je suis bien. Cette envie de respirer viens sur le deuxième 25m mais rien d'alarmant et je me dis que les 75m sont jouables. Je vire, je pousse sur le mur et je cherche la décontraction entre chaque cycle (c'est vraiment çà qui est chouette en DNF). Je ferme les yeux et quand je les ré-ouvre, je suis à 2 centimètres du fond. Je sursaute presque. Bien-sur, pas de miracle, l'envie de respirer augmente, et je trouve même quelle augmente assez vite. Cela devient dur mais cette satanée ligne rouge de mi-bassin défile sous mes yeux. Alors, pour finir en beauté, je tire sur les bras et je remonte. Je m'accroche à la ligne, un poil moins lucide qu'en DYN mais le protocole est propre quand même. Je garde les juges, puis sur ma gauche je repère la ligne de mi-bassin. Yes !!! Je dois être au alentour des 80m, deuxième record. Perf. validée par les juges (Merci Joëlle) je suis hyper content de ma journée.

 

C'est encore plus facile pour apprécier les perfs des copains, Yann et Yoann qui se tirent la bourre, Olivier qui finit sur une bonne note à 82m et les coachs qui prennent respectivement la 1ere et 3ème place avec Christian à 126m et Jérôme à 109m.

 

Malgré le stress (raisonnable mais quand même bien là). Je me suis régalé. Une sixième place au combiné me comble de joie. Maintenant il faut confirmer et pourquoi pas aller voir un peu plus loin, doucement, sans brûler les étapes, la capital confiance étant très important en apnée.

 

Voilà, la journée se termine par les podiums (Le GMAP truste pas mal de médailles) un petit repas et 400 bornes de voitures. Le mal de jambes du lendemain me montre bien le coté lactique du DYN et DNF : CQFD !!!

Please reload

Please reload

Archives
Catégories
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now