March 4, 2019

August 27, 2018

Please reload

Posts Récents

Triathlon Half de Huelgoat

28 Aug 2011

Une histoire, deux copains.

 

Le triathlon Half de Huelgoat était un de mes objectifs de l'année pour deux raisons. D'une part, comme je ne fais pas le TRIBREIZH, je comptais vraiment faire une belle course sur l'autre Half breton et d'autre part, ce triathlon tombe à point nommé pour avoir une idée de ma forme pour ma préparation hawaiienne.

Me voici donc à 8h00 du matin, à Huelgoat, au retrait des dossards. Il fait un peu frais mais le départ à lieu à 10h00 et le soleil pointe le bout des ses rayons. Je ferai donc toute la course en singlet. Je prépare mes affaires, je mets mon vélo dans le parc, je discute avec mes potes. Jean Christophe Arros est là, en forme. Je pense aussi être en forme. Nous faisons un peu le tour du plateau pour évaluer nos chances : Ludovic Martin, ancien pro cycliste qui fait 3ème ici l'an dernier, Gilles Le Goff, Stéphane Hascoet, Yannig Roignant (qui fait 23 à Embrun cette année), plus ceux qu'on connaît moins, ceux qui ont progressé et ceux qui sortent la course de leur vie.

A 25 minutes du départ, je m'aperçois que j'ai oublié ma puce dans ma voiture. M... !!! Je prends le VTT de Stéphane et je fonce, en combi, sur son vélo jusqu'à ma voiture. Je reviens en vitesse, je pose le VTT et c'est le début du briefing. Là, je m'aperçois que j'ai oublié mes lunettes de natation dans ma voiture et re-belotte, à l'arrache, sur le VTT de Stéphane. Je rate le début du briefing mais je suis bien chaud !!!

Le départ natation est donné dans l'eau. Les eaux du lac sont pour le moins turbides. Les deux cent mètres pour rejoindre la bouée de départ servent d'échauffement (moi çà va !!). Au niveau de la bouée, je suis debout dans un mélange de vase et herbes assez curieux. Doit y'avoir des bêtes !!! Le départ est donné et rapidement je suis dans un groupe à l'avant . Je prends mon rythme rapidement, je me trouve dans les 4-5 premiers (preuve que le niveau n'est pas redoutable). Au bout de 5 minutes, je m'ennuie déjà. Impossible de voir le fond, on ne voit pas à 10cm. Je vire la première bouée, je suis bien mais c'est long !!!. J'arrive sur la deuxième bouée, je vire et au bout de quelques mètres, je nage dans 40 cm d'eau. Obligé de ramener le bras sous moi, pas assez de profondeur. Retour sur la bouée de départ. Les écarts sont faits, le peloton s'étire tranquillement. Le deuxième tour se fait sur le même rythme, même si j'ai un peu de mal à voir la sortie avec le soleil dans la figure. Je sors de l'eau 4ème, encouragé par les quelques dauphins présents pour faire le sprint.

La transition est assez rapide. Je pars en vélo et j'attaque rapidement la première bosse, très pentue, qui nous "extrait" de Huelgoat. Un pétard à 10% qui sert de mise en jambes. Je double très vite un gars qui me fait : "çà tombe bien que tu arrives, je ne sais pas par où aller" . Il abandonnera rapidement. Je suis donc en troisième position et je roule à fond. Dans la descente de St Herbot, je vois le deuxième que je reconnais être Ludovic Martin. Je reprends du terrain sur lui. Par contre, je m'aperçois très rapidement que nous n'avons pas la même technique. Lui, ancien coursier, il monte tout en danseuse, grand plateau (au premier tour au moins). Moi, ancien rien du tout, assis sur ma selle en moulinant petit plateau. Nous arrivons presque ensemble en haut mais il relance vraiment mieux que moi et me lâche un peu. Il est impressionnant de technique. Pourtant, il lève un peu le pied et je reviens doucement sur lui dans les parties plus roulantes. Il me dit qu'il ne veut pas faire la même erreur que l'an passée où il s'était cramé dans le premier tour. Je le double, nous zigzagons un peu entre deux voitures. Attention aux gravillons avant le ravitaillement que je shunte royalement (j'ai de quoi jusqu'au prochain). La deuxième partie de la boucle est aussi assez difficile et Ludovic revient sur moi dans la bosse (10-11%), en danseuse. Une moto me dit que le gars devant est à 2'15". Ah ouais, quand même !! Dans la grande descente vers Huelgoat je lâche Ludovic. Je me ravitaille régulièrement, de ce coté, pas de faute. Le deuxième tour commence par le fameux petit raidar. Personne derrière, j'ai fait le trou. Dans la descente de St Herbot je fais le forcing mais je me ravitaille bien en prévision du deuxième tour. Dans le milieu de la côte, je me retourne. Je vois Ludovic Martin en bas. Je continue de mouliner et quand j'arrive en haut, Ludovic me double. Put...Il est costaud le bougre. Je cale un peu. Je manque de force. En plus je m'aperçois que mon boyau usé et un peu plat me colle à la route et fait carrément ventouse quand le revêtement est trop nickel, c'est impressionnant. Je ne m'affole pas, je suis plus rapide sur les parties roulantes. Alors dès que je peux, j'en remets une couche. Il ne me décroche pas vraiment même si parfois, au détour des virages, je perds le contact. Une moto me double et me dit que le troisième est à 2'45". çà doit être Jean Christophe. Je sens déjà le souffle noir et orange dans mon dos. Au ravitaillement je prends un bidon. Je vois de temps en temps Ludovic assez loin devant mais je suis encore au contact. Il doit aussi avoir mal aux jambes dans les bosses, y'a pas de raison. Arrivé à Berrien, avant la grande descente vers Huelgoat, je me sens un peu mieux. Je décide donc de la faire à bloc, en me concentrant vraiment sur ma trajectoire et sur mon aérodynamisme. Et çà paye !!! à la fin de la descente j'ai Ludovic Martin dans mon viseur. La petite remontée vers Huelgoat ne suffit pas pour qu'il me relâche. Il se retourne beaucoup. Je me demande si je ne lui ai pas un peu sapé le moral ?. Bref on pose les vélos ensemble dans le parc et toujours pas de noir et orange en visu. (Vélo : 2h39 - Parcours Vélo Garmin).

Nous partons ensemble sur le semi. Au bout d'un kilomètre Ludovic s'arrête pour satisfaire une petite commission. Je le double et ...je ne le reverrais jamais ??. Je prends mon rythme tranquillement. J'ai Vincent en ligne de mire. Il est environ à la vitesse que je veux faire. lL me sert de repère. Mon coach m'avait découpé le semi comme suit : Placer sa respiration sur les premiers kils, rester juste sous le seuil jusqu'au 15eme et envoyer la ouache pour terminer. Le début du tour est face au vent mais une fois dans le camping c'est mieux. Je m'étalonne sur les parties plates pour rester toujours entre 4'05-4'10". Je sais que je ne tiendrais pas cette allure dans les montées en dans les parties sineuses/trails du parcours mais dans l'ensemble sur les parties plates c'est OK. Je double Bernard au bout de 3 km. Il à l'air bien et il m'encourage. Merci Bernard. Je m'arrête à chaque tour au ravitaillement. Un seul ravito par tour c'est peu. mais en fait, je n'ai vu le deuxième ravito qu'après l'arrivée . Il était sur le petit sentier en dévers près du podium mais je ne pensais qu'à sauver mes chevilles à ce moment là et je l'ai raté à chaque tour. Heureusement il ne faisait pas trop chaud mais çà m'obligeait à m'arrêter à chaque tour pour assurer le ravitaillement. Je finis le premier tour sous les encouragement de Vincent qui en finit sur le sprint. Je double des coureurs à qui je prends 1 ou deux tours. Je suis assez bien. Stéphane Monfort me salut au début du troisième tour. Je lui demande si le troisième est loin. Il me répond qu'il va voir et je saurais au dernier tour. Je suis encouragé sur le parcours, c'est sympa. Voilà, j'attaque le dernier tour. Les jambes vont bien. je ne souffre pas trop. Stéphane Monfort m'annonce JC à 1'30". OK !! Au fond de moi je pense qu'il ne reviendra pas mais pour assurer le coup et comme mon coach me l'avait demandé, j'accélère. Je prends un gel et j'augmente le rythme. Je suis content de voir que je peux le faire. Je gère les faux plats et je relance dans les descentes. Je ne pourrais pas aller chercher le coureur de devant mais je devrais éviter le retour de derrière. Et voilà, dernier virage et la ligne d'arrivée est devant moi. J'assure la deuxième place (CàP 1h30' - Parcours CàP Garmin ) en 4h42'45", le premier, Vincent Fromont de Fontenay le Comte, étant arrivé déjà depuis 5' (bravo !!!). JC arrive 3'16" plus tard pour prendre la troisième place. Je lui tends un verre de coca. Accolade. Nous sommes ensemble sur un podium scratch et çà c'est génial.

Je gagne 29' / l'an passé (bon c'est vrai que l'an passé je préparais la "Diagonale des fous" et donc j'avais fais un trail de 40km la veille du triathlon) mais surtout je suis content de ma "fraicheur" finale et de ma gestion de CàP.

C'est une étape importante pour kona. Maintenant, il reste 1 mois de boulot pour essayer de faire une belle course à Hawaii.

PS - JC me colle deux minutes à vélo. Il est costaud le bougre.

Please reload

Please reload

Archives
Catégories
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now